Rui Costa champion du monde !

Rui Costa - Champion du monde

Le portugais Rui Alberto Costa est allé chercher hier son premier titre de champion du monde à l’issue d’une course incertaine jusqu’au bout. Il succède à Philippe Gilbert. Les espagnols Joaquim Rodriguez et Alejandro Valverde viennent compléter le podium.

Le Portugal l’attendait depuis toujours. Hier, le saint Graal est venu de Rui Alberto Costa. Malin tactiquement et physiquement, le Lusitanien a décroché le titre de champion du monde de cyclisme sur route au terme d’une course éprouvante et dans des conditions climatiques particulièrement difficiles. Dans un final au coude à coude face à Joaquim Rodriguez le portugais permet à sa nation d’obtenir le premier maillot arc-en-ciel de son histoire. La concurrence était pourtant rude. Entouré par de nombreux espagnols comme Rodriguez, Valverde, Purito, et par le favori italien Vincenzo Nibali, Rui Costa a su se montrer rusé. Distancé une première fois au sommet du Fiesole par Rodriguez, il s’est à nouveau fait contré dans le dernier kilomètre avant de finalement revenir au courage sur l’espagnol pour l’emporter au sprint. Derrière eux, Valverde vient clore le podium. Toujours à l’aise physiquement, mais jamais dans le coup, l’espagnol aurait pu aller chercher le titre de champion du monde s’il n’était pas resté fixé sur Nibali dans le final. L’italien termine justement 4ème après avoir passé la journée à attaquer.

Les larmes de Purito

Si l’épreuve ne retiendra que le vainqueur, une image attirera tout de même l’attention. Celle de Joaquim Rodriguez en larme sur le podium. « Purito » comme on le surnomme a en effet de quoi s’en morde les doigts. A quelques hectomètres près il serait sur le toit du monde aujourd’hui. Les yeux déjà rouge au moment de monter sur le podium, Costa a fini par craquer et s’effondrer en larmes. Cette échec vient compléter sa galerie des manqués après sa deuxième place au Giro 2012 (perdu pour 16s), ses treize jours passé en rouge sur le Tour d’Espagne de la même année et ses nombreuses secondes places en compétition majeure. A six reprise sur les grands Tours, il a terminé dans les quatre premiers sans jamais être le grand vainqueur. « Je voulais gagner mais c’est le destin de Purito » a-t-il déclaré. « Perdre d’un souffle le Giro, la Vuelta, et maintenant les championnats du monde. C’est la vie ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s