Gravity

Le nouveau film d’Alfonzo Cuaron a de quoi séduire. Projet ambitieux et original, « Gravity » nous propose un voyage d’une heure et demi au beau milieu de l’espace. Stressant, intriguant, captivant : on ne s’ennuie pas plus de trente secondes dans cette production hollywoodienne qui surpasse les espérances sans pour autant faire preuve de toute la recherche poétique annoncée. Sandra Bullock et George Clooney nous prouvent une fois encore qu’ils sont incontestablement des grandes figures du cinéma américain.

L’histoire en quelques mots

Les professeurs Ryan Stone (dont il s’agit de la première sortie dans l’espace) et Matthew Kowalsky (qui quand à lui réalise sa dernière mission avant de prendre sa retraite) terminent leur mission sur une navette spatiale lorsqu’on leur annonce l’explosion d’un satellite russe qui risque de générer des pluies de déchets importantes. Lorsque l’averse de détritus les atteint c’est la catastrophe. Seuls survivants, les deux scientifiques se retrouvent seuls, sans radio et sans navette au beau milieu du néant…

Les plus et les moins

Il s’agit DU film de l’année. Suspens, profondeur, mise en scène remarquable, originalité du scénario : presque tout y est. On peine à trouver de réels défauts à « Gravity ». Empruntant un style assez particulier, le réalisateur nous fait découvrir des prises de vue magnifiques tout en nous emportant au sein de la course folle contre la montre et contre la mort que subissent les protagonistes. Mention spéciale à Sandra Bullock. L’actrice caméléon qui aime s’essayer à des genres assez différents nous revient ici en pleine forme en nous livrant un jeu impeccable : justesse, minutie et précision. Très attachante, on se sent vite concerné par ses déboires et son histoire (les oscars en ligne de mire ?). Drôle et tout aussi attachant, George Clooney nous épate également dans ce film assez original. Si l’on prend la lecture du film au second degré, on remarque également une symbolique (scène de clôture, position foetale lorsque Stone parvient à retrouver de l’oxygène (renaissance ?), …) assez forte qui ajoute la touche de poésie nécessaire à l’oeuvre pour se démarquer. Pour ne rien gâcher, la 3D prend tout son sens et apporte un plus évident en nous faisant découvrir l’espace comme on ne l’a jamais vu. Le public adhère, le film bat des records d’entrée dans le monde entier ( déjà plus d’1.500.000 tickets vendus en France). A voir, sans hésitations …

Ma note : 18,5/20

Actuellement en salle

Bande Annonce (VF) de « Gravity » :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s