Bruxelles tape sur les doigts de l’Allemagne

Allemagne - Commission européenne

L’Allemagne s’est faite réprimée aujourd’hui par Bruxelles. La Commission européenne a ouvert une enquête sur les excédents de la première économie d’Europe et l’a invitée à se tourner en priorité vers sa demande intérieur.

Grande première pour l’Allemagne ! Alors que la France se voit depuis longtemps rappelée à l’ordre par la Commission européenne sur ses économies, le pays d’Angela Merkel a également été invité, ce mercredi, à remettre un peu d’ordre dans ses finances. Si le Fond Monétaire International a longtemps invité l’Allemagne a équilibrer son économie de manière à la rendre moins dépendante de ses exportations et à stimuler sa demande intérieur, Bruxelles a cette fois décidé, elle aussi, de franchir le pas. José Manuel Barroso, président de la Commission, a en effet ouvert une enquête sur les excédents des comptes courants engagés Outre-Rhin.

Cette « examen approfondi » pourrait être selon lui l’occasion de « voir si l’Allemagne peut faire plus pour aider à rééquilibrer l’économie européenne« . Excédentaire depuis 2007 de plus de 6 % du PIB, sa balance commerciale serait dans le viseur de Bruxelles. Etant actuellement au dessus des niveaux fixés par l’Europe, les exportations allemandes pénaliseraient en effet ses voisins européens tels que la France, l’Italie ou le Royaume-Uni. En septembre dernier, cette tendance semblait se confirmer. Avec une hausse de 1,7% des exportations et un recul de 1,9% des importations, cet excédent atteignait déjà 18,8 milliards d’euros. La Commission a ainsi invité l’Allemagne a satisfaire d’avantage sa demande intérieur au détriment de sa demande extérieur.

La France blâmé

Si c’est bien l’Allemagne qui est ciblée à travers cette enquête, la France n’est cependant pas passée à la trappe. Même si elle forme avec son voisin allemand la « locomotive de l’Europe », Olli Rehn, commissaire européen aux Affaires économiques, a tout de même rappelé que l’Allemagne était bien le « moteur de la croissance en Europe ». Dans le même temps, la Commission européenne a de nouveau invité Paris à « adopter des mesures décisives » pour combler son manque de compétitivité et son endettement massif. Quinze autres pays ont également été épinglé dans le cadre de la surveillance des déséquilibres économiques

Les résultats de cette enquête devraient être connus au printemps prochain. Une sanction de 2,5 milliards d’euros pourrait être infligé au pays. Cependant elle parait peut probable. Car si l’Allemagne est théoriquement sanctionnable, il ne faut pas oublier qu’on ne punit jamais le « premier de la classe ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s