Vers une sortie de crise en Ukraine ?

En Ukraine, le parlement a voté la libération de l’ancienne ministre Ioulia Timochenko et la destitution du président actuel. Si celui-ci crie au « coup d’état », la population semble apaisée par cette décision, après des mois de conflits sur la question de l’intégration européenne.

En Ukraine, Viktor Ianoukovitch est en mauvaise posture. Le président vient en effet d’être destitué de ses fonctions par le parlement ukrainien. Il y a quelques mois, la population avait réagit violemment face au refus manifeste du président d’appliquer les conditions nécessaires à l’entrée du pays au sein de l’Union Européenne. Très proche du gouvernement russe, le président ukrainien a même exigé des mesures (déraisonnables) à l’Union Européenne, qui a bien évidemment refusée en bloc de se plier à ses exigences. S’en est suivi des dizaines de manifestations d’envergure et une perte de contrôle progressive des forces de l’ordre. Le mouvement n’a cessé de s’amplifier, ralliant à sa cause des personnalités ukrainiennes influentes et internationalisant le débat.

Quelques mois plus tard, la destitution du président Ianoukovitch a été décidé par l’assemblée et Ioulia Timochenko, libérée, s’est exprimée sur le place Maidan, à Kiev. L’opposante politique emblématique, symbole de la révolution orange, avait été emprisonnée en 2011 alors qu’elle cherchait à démontrer que le gouvernement en place n’était pas légitime. Elle a annoncée sa candidature aux élections présidentielles de mai devant une foule immense. Malade et affaiblie, après trois années de prison pour « abus de pouvoir », la  » dame aux tresses » n’a cependant rien perdu de sa hargne. Pour beaucoup, elle incarne l’espoir de voir enfin l’Ukraine sortir de l’influence de la Russie. Cependant, la femme politique n’a pas reçu l’accueil héroïque qu’elle espérait à sa sortie de prison. Après une défaite aux présidentielles de 2010, pourra-t-elle accéder au pouvoir en 2014 ?

Viktor Ianoukovitch ne semble pas avoir dit son dernier mot. Si le président destitué s’est enfui de Kiev pour se réfugier aux abords de la frontière russe, il n’entend pas renoncer au pouvoir auquel il a accédé en devenant « un président légitimement élu ». Cependant, la découverte du faste de sa résidence a semblé confirmer les soupçons de corruption qui pesaient sur sa personne. Le parlement a d’ailleurs voté la restitution de la résidence luxueuse à l’état ukrainien. Depuis, l’ancien président est introuvable…

Par ailleurs, une pétition demandant une commission d’enquête internationale sur le traitement infligé aux manifestants circule depuis hier soir. En France, 1.743 signatures ont, pour l’instant, été recueillies.

Ioulia Timochenko, samedi 22 février, sur la place Maidan, à Kiev

Ioulia Timochenko, avant son passage par la case prison

Le président ukrainien, récemment destitué

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s