Nos étoiles contraires

 

the-fault-in-our-stars-movie-wallpaper-5

« Nos étoiles contraires » est  le deuxième long métrage de Josh Boone. Il réunit à l’écran Shailene Woodley et Ansel Elgort (ils partagaient déjà l’affiche de « Divergente ») dans une comédie dramatique relatant la relation qu’entretiennent deux adolescents victimes des ravages du cancer. Tourné entre les Etats Unis et les Pays Bas, le film oscille entre un ton léger et des réflexions plus profondes sur la condition des jeunes malades. Adaptation du roman de John Green, le film a pris d’assaut le box office américain lors de sa sortie.

L’histoire en quelques mots

Hazel -Grace n’est pas très chanceuse. A 17 ans, elle reste recluse chez elle et enchaîne les allers- retours à l’hôpital. Atteinte d’une forme de cancer incurable, elle n’a pas vraiment d’amis et ses distractions sont peu nombreuses. Lorsque sa mère la force à assister à une réunion d’un groupe de soutien pour les adolescents malades du cancer, elle y va à reculons mais c’est alors qu’elle fait la connaissance de Gus. Sûr de lui et décalé, le jeune homme va bousculer son quotidien. A deux ils vont former une équipe d’enfer, méprisant les conventions et partageant un humour ravageur tout en étant conscient du caractère éphémère de cet état de grâce…

Les plus et les moins

« Cul-cul », « film de midinette », « eau de rose », « mélo-teen », « guimauve hollywoodienne » : les critiques n’ont pas toutes été tendres avec le film qui a marqué le box office U.S de son empreinte. Cela donne l’impression que ces messieurs les journalistes se sont arrêtés à la bande annonce, au spitch ou à l’affiche du flm. Certes, « Nos étoiles contraires » est un film efficace, américanisé et à la trame assez classique mais face à l’optimisme et la sincérité qui se dégage de l’ensemble, il s’avère impossible de rester de marbre. Boone parvient à faire du quotidien de deux adolescents pas gâtés par la vie une véritable leçon de vie. Entre rire et larmes, les émotions du spectateurs sont mises à rude épreuve et en sortant de la salle les visages et les esprits restent marqués. Mon voisin de devant s’est d’ailleurs fait consoler par son épouse tandis que le couple de grands parents à ma droite semblait être à la recherche désespérée de mouchoirs.  Bien plus qu’une love story d’ado, une histoire bien ficelé, universelle, émouvante et inspirante. Ne cédant pas aux sirènes du pathos (contrairement à ce que certains aigris prétendront), le film évoque avec un réalisme saisissant la vie de ces malades hors -norme et mérite largement son succès. L’alliance du comique et du drame rappelle par moments l’esprit d' »Intouchables » dans la mesure où le film invite à l’optimisme et à la bonne humeur en réponse aux drame pesant qui s’abat sur les personnages principaux.

Seule recommandation : Préférez la VOST à la VF. Le doublage a été mal négocié…

Ma note : 18,5/20

Bande annonce du film (VF) :

Bande originale du film :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s