Gone Girl

86yhBiDcxe2Psicwn82QMD7cHlM

      » Gone Girl » est le douzième long métrage de David Fincher, le réalisateur d’« House Of Cards ». Thriller dramatique sur fond de psychose, le film doit avant tout son succès à l’imprévisibilité de son déroulement. Si la réputation du réalisateur n’est plus à faire, la teneur du long métrage est néanmoins unanimement saluée. Alors que l’on s’attend à une histoire somme toute assez banale au vu de la bande annonce, la réalité du film nous fait revoir notre jugement de manière catégorique. Cette histoire sort du cadre classique et prend des risques appréciables en complexifiant l’intrigue. Pour ne rien gâcher, Ben Affleck mais surtout Rosamund Pike atteignent un niveau de jeu excellent, rendant l’intrigue d’autant plus captivante et intéressante…

Le film en quelques mots

Nick Dunn signale la disparition de son épouse le jour de leur cinquième anniversaire de mariage. Table basse renversée, traces de sang dans la cuisine, fer à repasser encore brûlant… les indices sont sans équivoques… la jaune femme semble avoir été enlevée. Lorsque l’agent Boney arrive sur les lieux, elle lance dans la foulée une enquête et un dispositif de recherches important afin de retrouver Amy Dunn. Mais plus l’enquête évolue, plus les preuves à charge s’accumulent à l’encontre de Nick sans pour autant qu’un corps soit découvert. Nick est-il coupable? A-t-il tué ou kidnappé son épouse?

Les plus et les moins

Tout d’abord, il convient de tirer sa révérence à la scénariste. Imaginer une histoire aussi complexe et alambiquée sans perdre le spectateur est un pari suffisamment osé pour être notifié. Le spectre a partir duquel on assiste aux rebondissements du film nous fait changer plusieurs fois d’avis sur les personnages et sur leurs personnalités. Entre faux-semblant et révélations accablantes, un vrai jeu de piste se met en place. La performance de Rosamund Pike est saluée unanimement par la presse comme le spectateur. La structure en flash – back permet son apparition progressive dans l’intrigue de manière judicieuse. On regrette cependant la longueur du film. Le climat lourd qui s’installe dans la seconde moitié du film, s’il est intéressant et essentiel à l’intrigue, insuffle une atmosphère un peu étouffante. De plus, le sensationnalisme des médias américains repose certes sur une réalité mais frise la caricature en adoptant des positions extrêmes qui évoluent à chaque avancement de l’enquête. La figure de la journaliste sans coeurs prête à tout pour détenir un scoop est surexploitée même si elle apporte un peu de comédie dans ce drame sombre. En résumé, une belle réussite pour Fincher qui se montre digne de sa réputation, réussissant à balader et fasciner le spectateur en détruisant de manière méthodique le mariage de Nick et Annie Dunn…

Ma note : 17/20

Bande annonce de « Gone Girl » (V.F) :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s